• Libre

    Confinée!

    Jour ….

     … Je ne sais plus trop au jour combien on en est !?!

     

    Tout ce que je sais, c’est que : les rideaux, c’est fait. La lessive, c’est fait ! Les sols à fond, c’est fait ! Le stock de farine, c’est fait ! Le PQ, c’est bon ! Et le jardin, je n’en parle même pas… il est super prêt !

    J’ai rangé, trié, rangé, trié, retrié, stocké… et là, je récupère un peu avant la prochaine attaque de « rangitte ». Parce que c’est fou tout ce que je fais depuis que je suis confinée !

    En fait, j’ai l’impression d’être plus libre qu’avant. Libre de tant de choses, comme des obligations inventées, des « je dois » superflus, du surplus que je ne savais même pas être du surplus. Libre d’horaires, de rendez-vous, de temps morts…

     

    Ma liberté de mouvement est peut-être restreinte, mais j’ai trouvé dans mon cœur La vraie Liberté. Celle que Dieu me donne. C’est là que je viens me ressourcer, m’évader, m’envoler. Là, dans le jardin de mon cœur. Je Lui parle de mes peurs, de mes doutes, de mon avenir. Il me rassure, me console, me fortifie… et me conduit.

    Il me rappelle que Lui n’est pas confiné et que Ses plans sont toujours Ses plans. Il me rappelle qu’il y a une moisson à préparer et que c’est encore le moment de semer. Il me rappelle qu’Il n’est pas venu pour détruire, mais pour restaurer. Il me rappelle que je suis toujours Sa fille bien-aimée et que je reste sel et lumière pour ce monde.

     

    Alors, comme il n’est pas question que je reste sous un couvercle et que je ne serve à rien, même confinée, il m’arrive plein de choses. Confinée, je me surprends à être pleine de joie. Confinée, j’essaie chaque jour de découvrir comment réaliser Ses plans. Confinée, j’ose tout ce que je mettais de côté pour plus tard. Confinée, je découvre mon quartier.

     

    Alors, mon amie, viens dans la présence de Dieu. Laisse-toi consoler, restaurer, fortifier et … sors !

    Sors de ton enfermement spirituel, de tes habitudes, de tes restrictions, de tes impossibilités. Élève- toi au-dessus de la tempête et sois sel et lumière autour de toi !

    Le monde en a tellement besoin !

     

    « Ce que le sel est pour les aliments, vous l’êtes, vous, pour cette terre. Si le sel devient insipide, avec quoi lui rendra-t-on son pouvoir salant ? Il ne sert plus à rien. Il n’y a qu’à le jeter dehors, où il sera piétiné par les passants.

    Vous êtes la lumière de ce monde. Quand une ville est construite au sommet d’une colline, elle ne saurait échapper aux regards.

    Il en est de même d’une lampe : si on l’allume, ce n’est pas pour la cacher sous une mesure à grains. Au contraire, on la fixe sur son support et on la place le plus haut possible pour qu’elle éclaire tous ceux qui sont dans la maison.

    C’est ainsi que votre lumière devra briller aux yeux de tous, pour que ceux qui vous côtoient remarquent le bien que vous faites et qu’ils en attribuent la gloire à votre Père céleste. »  Mat 5. 13-16

  • Libre

    Les doutes de mes « si ».

    ET SI je n’étais plus inspirée…

    ET SI je n’entendais plus la voix de Dieu…

    PIREET SI Dieu ne parlait plus ????

    CA C’EST PAS POSSIBLE : « Dieu parle cependant, tantôt d’une manière, Tantôt d’une autre, et l’on n’y prend point garde. » Job: 33.14

    ET SI je me trompais…

    ET SI j’arrêtais tout….

    ET SI je ne n’étais pas à la hauteur…

    ET SI Dieu n’existait pas, en fait ! (ça, je le chuchotte à peine)

    Mais alors, quel sens aurait ma vie ?

    ET SI, ET SI, ET SI ….

     » …celui qui doute est semblable au flot de la mer, agité par le vent et poussé de côté et d’autre. »
    … Il ressemble à une grosse vague de la mer que le vent soulève et agite. » Jacques: 1.6


    Le doute, c’est comme un no man’s land où tout est bloqué. Le doute paralyse tout et permet à n’importe quoi de prendre une place.

    Tu hésites entre le blanc et le noir, mettre une robe ou une jupe pour finir tu mets un pantalon… vert.

    Tu es comme les vagues de la mer, tantôt tu avances et tantôt tu recules … et finalement tu ne vas nulle part. Il te ballotte de tous les côtés et tu y perds ta lucidité.

    Tu doutes de tes amitiés, de la fidélité, de la sincérité…

    Il t’ouvre une porte, toute grande, à toutes sortes de pensées, des bonnes comme des moins bonnes. Il te propose deux voies, voire plus, et tu restes au carrefour, tu ne sais plus quel chemin choisir.

    Le doute, celui qui a été proposé à Eve, c’est lui qui l’a entraînée hors de son beau jardin.

    ET SI tu sortais de ton no man’s land!

    ET SI tu arrêtais de douter, de tout, de toi, de Dieu…

    ET SI … tu choisissais de continuer d’y croire…

    ET SI tu croyais TOUT ce que Dieu dit…

    ET SI tu obéissais plutôt que de rester figée là, en terre stérile !

    ET SI tu continuais d’avancer … à Sa suite !!!

    « Si quelqu’un parmi vous manque de sagesse, il doit la demander à Dieu, et Dieu lui donnera cette sagesse. En effet, Dieu donne à tous généreusement, sans faire de reproches.
    Mais il faut qu’il demande avec foi, sans douter. Celui qui doute ressemble à une grosse vague de la mer que le vent soulève et agite. 
    Celui-là ne doit pas penser qu’il va recevoir quelque chose du Seigneur . 
    C’est quelqu’un qui ne sait pas choisir sa route : tantôt il avance, tantôt il recule. »
    Jacques 1.5-8


  • Libre

    Deux lettres….

    Seules deux lettres les différencient. Et pourtant… chacune un monde.

     

    Madame Loi

    Madame Loi se lève chaque matin en se disant qu’elle veut plaire. Elle a tellement besoin d’être aimée !

    Alors elle met du fard sur ses yeux, du rouge sur ses lèvres, se pare de ses plus beaux atouts, ses plus beaux bijoux. En rajoute, encore et encore, toujours plus. Elle en fait trop !

    Elle est pleine de « je dois et il faut… », d’habitudes, de tics et de tocs qui l’enchaînent.

    Elle fait semblant sous son maquillage, semblant d’être… tout ce qu’il faudrait être pour qu’on l’aime.

    Madame Loi se sent seule. Et pourtant, autour d’elle, plein de monde ! ?!

    Alors, elle prie, encore et encore, toujours les mêmes mots, les mêmes phrases.

    Madame Loi se sent coupable. Il y a tout ce qu’elle voudrait, devrait faire pour être juste, vis-à-vis d’elle-même et vis-à-vis des autres. Mais elle n’y arrive pas. Malgré tous ses efforts, elle n’y arrive pas !

    Madame Loi a la foi, oui. Elle a la foi de ce qu’elle voit, de ce qu’elle croit, de ce qu’elle pense, de ce qu’elle dit. Elle a la fois des sens.

    Plusieurs fois par jour, elle essaie d’appuyer sur l’interrupteur pour éclairer sa vie. Mais rien ne se passe, la lumière ne s’allume pas. Ah si elle savait…. Si elle pouvait comprendre qu’il lui suffit de faire un pas dans le noir pour que la lumière s’enclenche.

    Madame Foi

    Madame Foi se lève en se sachant aimée. Bien sûr qu’elle s’habille, se coiffe et se maquille … légèrement. C’est pour son amoureux. Elle n’a pas besoin de tant d’artifices, elle sait qui elle est, elle connaît sa valeur, ni plus ni moins, mais elle connaît surtout Celui qui l’aime. Elle sait qu’Il est plus intéressé par son cœur que par son corps. Alors, elle en prend soin, de son cœur.

    Madame Foi est sereine. On dit d’elle qu’elle ressemble à un arbre qui est installé près d’un cours d’eau et qui dispose de tout ce dont il a besoin : les pieds dans l’eau, la tête au soleil!

    Elle ne prie pas par routine, elle parle à son Dieu. Elle le connaît intimement, sait ce qui Lui plaît, ce qui Lui déplaît et elle prend soin de leur relation.

    Sa foi ne repose pas sur ce qu’elle croit, pense ou dit. Non. Sa foi repose sur ce que son Ami, son amoureux a fait pour elle : Il a donné Sa vie pour qu’elle puisse faire partie de Sa famille et, par là, ils ont signé une alliance, son amoureux et elle. C’est pourquoi elle peut appeler son père à Lui, Papa. Elle fait partie de Sa famille, la famille de Dieu, grâce à son amoureux : Jésus.

    Madame Foi a passé de l’obscurité à la lumière. Elle a fait ce fameux pas dans le noir… et depuis, ne se sent plus seule.

    Madame Foi est libre. Au plus profond d’elle-même, elle est libre, libre dans sa tête, libre dans son cœur.

    Elle est libre des jugements, libre des fausses accusations, libre dans sa recherche.

    C’est son amoureux, son Jésus, qui a payé le prix pour ses fautes et ses péchés. Alors, elle se sait pardonnée et pour ça, elle lui fait entièrement confiance.

    Deux lettres … deux mondes. Auquel appartiens-tu ?

     

    « Mais quand le moment décidé par Dieu est arrivé, Dieu a envoyé son Fils. Il est né d’une femme et il a vécu sous la loi de Moïse. Il est venu pour rendre la liberté à ceux qui vivent sous la loi, et pour faire de nous des enfants de Dieu.

    Oui, vous êtes vraiment ses enfants. La preuve, c’est que Dieu a envoyé dans nos cœurs l’Esprit de son Fils, l’Esprit qui nous fait dire : « Abba ! Père !  » Galates 4.4-6