Covid

Je vais en parler…

Il faut peut-être que j’en parle … ou bien ?!?

Au début, je me suis dit que la Chine c’était loin, bien assez loin. Qu’il y avait juste les médias qui nous rapprochaient.

Et puis, c’est arrivé en Europe, j’ai encore relativisé… mais pas longtemps ! Parce que l’Italie c’est pas loin et l’Italie du nord, c’est vraiment pas loin du tout. C’est même carrément un peu chez moi !

Quand on a annulé mon concert, ici, dans ma Suisse bien sûre et aseptisée … je me suis dit que ça y est, j’étais concernée… et ça m’a fait… bizarre !

Ça a continué avec plein de mesures restrictives que je ne pensais pas connaître un jour tant je vivais dans la confiance et la liberté en tout. Moi qui aime tout toucher, les gens, les choses… ne pas serrer de mains, ça passe encore… mais plus de bisous !?!

Lorsque je me suis surprise à sursauter quand quelqu’un éternuait, à vérifier inconsciemment que l’endroit où je vais prendre mon café soit à peu près vide, à me méfier des voisins de table qui semblaient parler italien… Je me suis dit que là c’était bon, fallait que j’arrête, que je stoppe mes pensées vagabondes qui avaient tendance à prendre le TGV.

J’ai eu peur, oui,  je l’avoue. Peur de ne pas savoir quoi faire, comment faire, où aller, qui côtoyer ou pas. Peur de ce que je ne sais pas, que je ne connais pas !

J’ai eu peur, pas forcément pour moi, mais pour les miens.

Et puis, je me suis souvenue que Dieu m’avait fait de nombreux cadeaux tout au long de ma vie ! Je me suis souvenue qu’Il est fidèle et qu’Il m’aime. Je me suis souvenue que Lui ne distille jamais la peur, mais Il rassure et console.

On m’a dit qu’il y a 365 fois l’injonction de ne pas craindre dans la Bible, bon j’ai pas compté, mais c’est un ordre qui revient très souvent… parce que ça signifie faire totalement confiance à Dieu !  

Alors, j’ai réalisé que j’étais certainement ingrate, ingrate parce que je ne faisais que de Lui demander : de me protéger, de protéger les miens, de nous garder, etc… mais dans l’espèce de chaos émotionnel ambiant que tout ça avait généré, j’avais tendance à oublier de le remercier. Le remercier pour ses bontés, pour ma famille, mon mari, mes enfants, mes petits-enfants et tout ce que j’ai de bon dans ma vie. Le remercier avant toutes choses.

Alors j’ai pris du temps. J’ai pris un temps pour poser comme un toit de remerciements sur les miens. J’ai pris du temps pour les recouvrir un à un d’une couverture de reconnaissance, d’un manteau de remerciements parce qu’Il me les a confiés. J’en ai pris soin, à la façon Dieu.

Je ne sais pas comment ça va évoluer ce truc, ni combien de temps ça va prendre… Mais ce que je sais, c’est que Dieu, Lui, ne change pas. Il est hors du temps, hors de notre temps et tout est dans sa sûre main.

Je sais qu’Il est bon et qu’Il ne nous abandonnera jamais.

Je sais qu’Il campe autour de ceux qui le craignent… et qu’Il est Le Dieu qui me guérit et me sauve !

« Nous, nous recevons un royaume que personne ne peut faire bouger. Alors remercions Dieu et servons-le d’une façon qui lui plaise, avec confiance et respect. » Heb 12.28

« Que la paix du Christ dirige vos cœurs ! Dieu vous a appelés à cette paix pour former un seul corps. Dites-lui toujours merci. » Col 3.15

Psaume 91

Print Friendly, PDF & Email
close

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

162 Partages
Partagez
Tweetez