Quand j'ai le blues

Le chêne et le roseau

Je n’ai pas beaucoup écrit ces derniers temps !

C’est la première fois, depuis presque 2 ans, que je reste si longtemps sans prendre la plume. Comme quoi, on a beau faire de grands projets, se fixer des objectifs… finalement, il y a bien des fois où il faut se contenter de faire … comme on peut !!!

Alors, je vais faire du mieux que je peux, avec la force que j’ai… celle que Dieu me donne .

****

Il y des fables tellement entendues qu’on n’y prend plus garde. Et puis, les fables, celles que j’apprenais à la « petite » école, ne sont plus très à la mode. Mais parfois, au détour d’un chemin de notre vie, elles nous reviennent à la mémoire et prennent tout à coup tout leur sens.

****

Il y a des gens qui traversent la vie, comme ça… comme si les épreuves leurs passaient à côté, sans les déranger… ils restent inébranlables !

Il y en a d’autres qui affrontent les tempêtes et même … on dirait qu’ils les cherchent !?!

S’ils voient arriver une tornade aussitôt ils s’y engouffrent. Ils aiment la difficulté, ils l’affrontent de front, sûrs d’eux et de leur force.

Ça les stimule ou peut-être que ça leur donne l’impression d’exister !?!

Je ne comprends pas bien parce que…  personnellement, je dois reconnaître que je ne suis pas un chêne !

Je n’aime pas les problèmes…  je ne supporte pas tout !

Je suis émotive… sensible… je ne résiste pas sans broncher aux tempêtes de la vie !

Je courbe le dos plus souvent que je ne le voudrais… j’ai souvent peur et je manque parfois de courage !

Je n’ai pas la majesté d’un chêne face aux aléas de la vie… et mon feuillage ne touche pas le ciel !

Je plie sous la force du vent contraire… je plie tellement que je me retrouve finalement  le front par terre… à genoux !

Je n’ai certainement pas la force du chêne, et en comparaison…  j’ai l’air faible !

Je plie… mais ne romps pas… parce que, heureusement, Dieu m’a créée « roseau » !

Je suis juste souple… souple dans Sa main et si je plie c’est parce que je sais que ma force se trouve là … à genoux !

C’est là, front à terre, que j’attends Ma force, Mon soutien… Celui par qui je peux tout faire et qui va me relever, Celui qui me retire des grandes eaux !

Oh oui… des fois, ça paraît long à rester là … à genoux… à attendre… attendre… attendre !!!

Mais toujours,  toujours… Il est là, près de moi !

Toujours Il me relève !

Toujours Il m’encourage !

« Je ne te laisserai pas : non, je ne t’abandonnerai pas. » Héb. 13 : 5b

Le chêne, fort, arrogant, et sûr de lui s’appuie sur ses propres forces. Il sera déraciné, de façon soudaine, par un coup de vent de trop et trop fort.

Mais le roseau, lui, contrairement au chêne ne fait pas barrage aux rayons du soleil, et il sait très bien que sa force se trouve dans sa capacité à se courber.

« Mais le Seigneur m’a dit : « Mon amour te suffit. Ma puissance se montre vraiment quand tu es faible. »

Donc je me vanterai surtout parce que je suis faible. Alors la puissance du Christ habitera en moi. » 2 Co 9 : 12

 

Print Friendly, PDF & Email

One Comment

  • McCall Catherine

    merci Milvia pour ces mots encourageants comme c’est bon d’etre roseau je vois la un signe de tendresse de Dieu qui se courbe avec moi et qui m’empeche de me casser dans la tempete comme le chene! et puis la lumiere peut toujours m’atteindre comme tu dis alors je ne peux que dire merci..Catherine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Partages
Partagez
Tweetez