Covid

Je veux être utile

C’est bizarre comme il y a des chansons qui parfois te rentrent dans la tête et qui te la squattent. Tu ne sais pas d’où elle vient ni quand tu l’as entendue, mais elle est là, à tourner en boucle, comme un disque rayé…

Ça m’est arrivé il n’y a pas si longtemps, à la fin de mes dix jours d’isolement d’une version « sans complications » du Covid.

Dix jours d’isolement et ça aurait dû donner le tour. Ça aurait dû… parce qu’en réalité j’avais beaucoup de peine à me remettre dans une vie « normale ». Je procrastinais. Un peu comme si j’avais la tête dans un sac dont je ne trouvais pas l’ouverture.

C’est là, la tête dans le sac, que le petit air a commencé à me poursuivre. Je m’endormais avec lui, me réveillais avec lui, passais la journée avec lui. Une petite phrase d’une chanson de Julien Clerc : « Je veux être utile ». Il ne me semblait pas l’avoir entendue récemment et je n’en étais pas spécialement fan… mais elle était là et ne me lâchait pas.

Au bout de trois jours, je m’y suis quand même attardée et l’ai écoutée un peu mieux : « Je veux être utile à vivre et à rêver… ».  Sauf que, mon air à moi avait un peu changé les paroles en : « Je veux être utile à vivre et à… aimer ! »

Et enfin, là… j’ai compris !!!

C’était ça la voie de sortie de mon sac : être utile ! Être utile avec ce que Dieu avait fait de moi. Être utile avec ce que Dieu avait mis en moi. Être utile avec mes dons, à moi. Parce qu’en fait, je n’avais pas été rachetée pour être éteinte, la tête dans un sac ! Non ! Dieu veut que je sois Sel et Lumière et il venait de me le rappeler d’une façon plutôt… inattendue.

J’ai alors réalisé qu’il y a beaucoup de façons d’être utile, beaucoup de façons d’apporter La vie et beaucoup de façons d’aimer. J’ai réalisé que les plans de Dieu, pour toi et pour moi, ne vont pas changer. Il n’est pas pris de court, pas au bout de son plan. Il n’a même pas de plan B. Juste Son plan du début à la fin. Alors, c’est à nous d’entrer dans ce Plan-là !

Finalement, est-ce qu’un virus serait plus fort que le Dieu Créateur ? Est-ce qu’un virus va nous empêcher d’être ce que Dieu veut que l’on soit ?  Est-ce qu’il va nous empêcher d’être utile pour Lui ? Et surtout, comment pourrait-il nous empêcher d’aimer ?           

Et puis, qui sait ? C’est peut-être pour une situation comme celle-ci que tu es venue au monde.


« Je peux parler les langues des hommes et les langues des anges. Mais si je n’aime pas les autres, je suis seulement une cloche qui sonne, une cymbale bruyante.

Je peux avoir le don de parler au nom de Dieu, je peux comprendre tous les mystères et posséder toute la connaissance. Je peux avoir une foi assez grande pour déplacer les montagnes. Mais si je n’aime pas les autres, je ne suis rien !

Je peux distribuer toutes mes richesses à ceux qui ont faim, je peux livrer mon corps au feu. Mais si je n’aime pas les autres, je n’y gagne rien !

L’amour est patient, l’amour rend service. Il n’est pas jaloux, il ne se vante pas, il ne se gonfle pas d’orgueil.

L’amour ne fait rien de honteux. Il ne cherche pas son intérêt, il ne se met pas en colère, il ne se souvient pas du mal.

Il ne se réjouit pas de l’injustice, mais il se réjouit de la vérité.

L’amour excuse tout, il croit tout, il espère tout, il supporte tout.

L’amour ne disparaît jamais……. » 1 Co 13.1-8a

« Et qui sait ? C’est peut-être pour une situation comme celle-ci que tu es devenue reine. » Esther 4.14

Print Friendly, PDF & Email
close

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Partages
Partagez
Tweetez