au féminin,  Témoignages

Ma caravane

Je suis née en Suisse,  dans une famille d’immigrés italiens et j’ai été élevée dans un milieu catholique. Ma vie est  tout ce qu’il y a de plus « normal »,  sans gros fait marquant.Je suis un peu « madame Tout-le-monde ». En venant au monde, c’est commimagee si j’étais montée dans une petite voiture que je voulais conduire toute seule. Cette voiture, c’est « ma vie ». Au début, c’était une petite voiture très sympa et facile à conduire. Puis,  en grandissant, il m’a fallu une voiture un peu plus grande, qui fasse un peu plus « responsable » Celle-ci aussi était relativement facile à conduire, bien que  je commençais  parfois à avoir quelques tous petits embêtements. Mais tout allait bien et je continuais mon chemin dans la vie. Bientôt, il m’a fallu une voiture encore un peu plus grande puisque je me suis mariée et qu’à deux, il nous fallait un peu plus de confort. Mon mari était (Il l’est toujours d’ailleurs ..) travailleur, sérieux , aimant , avec un grand sens de la famille et il a une situation qui nous procure une bonne qualité de vie. Donc, je continuais à conduire ma voiture-vie ……. bien qu’à deux, des fois, la route est un peu plus cahoteuse. Mais, tout allait bien ! Un jour, il nous a fallu acheter une caravane parce que nos trois enfants sont arrivés . Alors, je continuais gaiement ma route avec cette fois… la caravane en plus ! Puis, peu à peu, sans même que je m’en rende compte, la voiture a commencé à gripper. Parfois, elle toussotait… d’autres fois, elle avait de la peine à démarrer… une autre fois, c’était un petit coup par-ci, un petit coup par-là ….rien de bien méchant, des petites bosses quoi !!! Mais si on me posait la question, je répondais que tout allait bien ! Pvoiture en panneuis, un jour,  ça a été la grosse casse. La voiture et la caravane sont tombées en panne et notre famille a été très chahutée! A cette période, j’avais parfois l’impression de conduire un véhicule que je ne maîtrisais plus très bien. Mais, en même temps, et avec du recul, je dirai que j’étais comme en pilotage automatique et que quelqu’un d’autre conduisait à ma place quand vraiment  je n’en étais plus capable. Durant ces mois difficiles, je m’adressais souvent à Dieu, mais ma prière se limitait au Notre Père répété x et x fois. Je parlais bien à quelqu’un dans ma tête, mais je ne savais pas à qui !?! C’est à cette période, que j’ai commencé à m’intéresser plus au spirituel en essayant plein de méthodes nouvelles et  même des fois… assez farfelues. Puis, le véhicule a été réparé, la caravane raccrochée,  et je me suis remise au volant, encore plus volontaire qu’avant. Cette fois, je ferais bien attention que plus rien ne nous arrive d’autant plus que je connaissais maintenant plein de méthodes pour être mieux. Eh bien, durant deux ans environ, en effet, tout est allé à merveille ! Mais peu à peu, et par périodes, la voiture redevenait difficile à conduire. Nos deux aînés entrant dans l’adolescence, ça devenait vraiment dur à manipuler cette  f…..  voiture avec sa caravane ! Il me semblait qu’elle prenait des coups et que ça ne s’arrêtait pas. Oh, c’étaient pas des gros coups comme la première fois, non, mais des petits… des fois un peu plus gros, et puis, surtout, dans la caravane, ça bougeait, ça chahutait ! Puis, j’ai commencé à avoir  des problèmes de carburant : je me levais le matin déjà fatiguée rien que de penser à la journée qui allait venir …. Je me posais beaucoup de questions sur la vie, la mort, d’autant plus qu’il me semblait que les périodes de deuils étaient de plus en plus rapprochées et de plus en plus proches de moi, de ma famille. Je me voyais déjà  à la fin de mes jours sans avoir trouvé de sens à ma vie et en plus, je ne savais pas ce qui n’allait pas chez moi …. Je conduisais ma voiture droit dans un mur …. et j’en avais de plus en plus conscience !!! Tous les cours à tendance new-âge que je suivais ne m’avaient rien apporté d’autre qu’un réconfort éphémère ….. A chaque nouveau cours, j’entendais  une petite voix qui me disait : « Où est Dieu dans tout ça ? ».  En  tout cas pas là où moi je cherchais !!! J’étais vraiment fatiguée de conduire sans savoir où je devais aller ! Je perdais peu à peu goût à tout ce qui m’avait passionné et je ne voyais rien venir qui puisse m’intéresser … Puis un jour, par l’intermédiaire de mon fils, je rencontrais celle qui est maintenant devenue pour moi une amie. Elle m’a proposé de changer de voiture !?! Celle qu’elle me proposait, me tentait bien : une rolls-royce … avec chauffeur !rolls-royce-silver Je n’aurais plus besoin de conduire  parce qu’aux commandes… se trouvait Jésus. Lui, il savait où j’allais… et comment y aller !!! Mais, le tout, c’était de sauter d’une voiture à une autre !!! Le jour où je l’ai fait, c’est le jour où j’ai accepté Jésus dans ma vie. Lui, Il connaît le sens de ma vie et le chemin qui passe au-dessus du mur. Comme dans la chanson de Serge Lama : «  C’est mon Ami et mon Maître et C’est mon Maître et mon Ami ». Il est celui qui me sauve d’une mort certaine…Il est celui qui me donne  la Vie éternelle Il réjouit mon cœur … Il me console, Il me parle, Il m’écoute… Il me fait même rire parfois! Je l’aime et Il m’aime. Il est mon Sauveur ….et mon chauffeur…. personnel !!! Lorsque je regarde en arrière, je me rends compte qu’Il a toujours été là… près de moi. Sans le savoir, lorsque je L’ai appelé, Il m’a toujours répondu, seulement, je ne L’ai pas reconnu… mais c’est sûr, Il était près de moi. Et la caravane vous me direz? Eh bien, je suis confiante !  Lorsque j’ai sauté dans Sa voiture, Il m’a promis que la caravane suivrait… Esaie 43

Print Friendly, PDF & Email

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *