Les barrières

Le mancenillier

C’est un petit arbre charmant de premier abord. Il a un petit air de poirier avec ses feuilles lisses et brillantes. Il porte des fruits qui ressemblent à de petites pommes vertes avec une odeur agréable de citron et pomme reinette.

On nous avait avertis de ne pas les manger, tout appétissantes qu’elles aient l’air et de se méfier de l’ombre sous son feuillage par temps de pluie.

Mais voilà, la grand-mère n’avait pas bien compris. Elles les a trouvées jolies, décoratives et … appétissantes. Alors… elle a croqué la petite pomme. Tout comme Eve.

Résultat, sa bouche a été en feu !

Parce que… blessé le petit arbre produit une sève blanchâtre extrêmement toxique. De plus, quand on mord dans la “pomme” on a tendance à la recracher aussitôt à cause de son goût très âcre. Mais si on avale la bouchée, eh bien, les conséquences peuvent être très graves.

Les premiers colons qui découvrirent cet arbre et sa toxicité le surnommèrent « arbre de la mort ».

Ça ne m’étonne pas !

NE PAS MANGER, EVE ! NE PAS MANGER, ADAM ! Ne pas se remplir la bouche de quelque chose de toxique qui peut entraîner la mort !

Il me fait penser à l’arbre du jardin d’Éden:  beau à voir, l’air appétissant, éventuellement à toucher avec précautions… MAIS NE PAS MANGER !!!

C’est pourtant la première barrière que Dieu avait mise. La seule d’ailleurs. L’unique interdit. Une barrière de prévention, légère, qui n’enlevait rien au charme de l’arbre, ni de l’endroit. Une barrière tellement légère qu’Eve s’est  dépêchée de l’oublier … bien que … on dira plutôt qu’elle a eu hâte de passer par-dessus.

Comme la grand-mère de mon histoire, elle s’est laissé tenter. Elle n’avait pas bien compris les conséquences… ou c’était son esprit déjà rebelle ?

Finalement, je me demande ce que moi j’aurais fait à sa place. Tout était beau, parfait… une seule barrière :

« Mais tu ne mangeras pas de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, car le jour où tu en mangeras, tu mourras. » Ge 2 .17

Aucun autre interdit, sauf celui-là : ne pas manger … ou tu en mourras. Mais on sait comme notre nature humaine a tendance à vouloir passer par-dessus les barrières.

Ah… le bon goût de l’interdit !!!
Mais Eve, qu’est-ce que tu as fait ?!? Tu t’y es brûlée et on a tous été grillés avec !!!

Mais… à ta place aurais-je fait mieux ?

Et aujourd’hui, quel est mon choix ?

Print Friendly, PDF & Email

One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *