Un petit air de vacances

Atterrissage forcé

Alors, nous voilà en plein dans les vacances !

Le repos. Dieu sait à quel point c’est important le repos. Jésus lui-même emmenait ses disciples à part pour qu’ils prennent du repos.

Dieu peut parfois te prendre dans sa montgolfière et te faire voyager en hauteur, parfois plus haut que tu ne peux t’imaginer. Il te donne des rêves, des visions. Il ouvre des portes que tu croyais hermétiques. Il répand sur toi une onction nouvelle. Tu vois tout d’en haut et c’est enivrant.

Seulement, voilà. A un moment ou l’autre, ta montgolfière elle doit atterrir, juste parce que tu ne pourrais  pas supporter d’être enivrée trop longtemps.  Juste parce que ton orgueil naturel s’en trouverait bien et juste parce que… ton terrain de mission c’est encore et toujours au sol qu’il se trouve. Alors, atterrissage forcé !

Je dois dire que ça peut parfois être rude, l’atterrissage ! Tu as été portée sur ses ailes, tu as volé haut et il te faut maintenant de nouveau marcher sur une terre aride. C’était si bon là-haut !

C’est dans ces moments-là que le soleil brûlant devient… un peu terne ; le bleu lumineux … un peu grisâtre. Et le quotidien… banal. Son action te manque !

C’est en y réfléchissant que je réalise la grande sagesse de Dieu : la sagesse d’un Dieu qui sait nous protéger de nous-mêmes en stoppant la montée au bon moment.

Je réalise l’attention d’un Père qui sait que sa fille doit se « poser »… et se reposer.

La bonté d’un  Père qui donne lui-même du repos et qui dit : « Laisse-moi faire.  Laisse-toi faire maintenant. Prends ce temps et accepte-le comme un cadeau de Ma part. Vis avec moi et prends du plaisir à ta vie. Qui sait, cette terre que tu trouves aride est peut-être ton nouveau champ de mission… »

Finalement, Il nous donne juste assez pour que ça nous manque, qu’Il nous manque. Il nous donne juste assez pour qu’on ait envie de recommencer. Il nous donne juste assez pour qu’on ait encore soif de Lui et qu’on ait besoin de Lui !

Alors, repose-toi, profite de ce temps… et prends soin de ta terre aussi aride te semble-t-elle !

« Dieu ! tu es mon Dieu ; je te cherche au point du jour ; mon âme a soif de toi, ma chair languit après toi, dans une terre aride et altérée, sans eau, voir ta force et ta gloire, comme je t’ai contemplé dans le lieu saint. »


« Quand je me souviens de toi sur mon lit, je médite sur toi durant les veilles de la nuit ;Car tu as été mon secours, et à l’ombre de tes ailes je chanterai de joie. »

Psaume 63.1-2 ; 6-7


Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

116 Partages
Partagez
Tweetez