Une vie transformée

Je suis née dans une famille protestante et j’ai grandi dans la ferme familiale entourée de mes parents, de mes trois soeurs, ainsi que de mes cousins et leurs parents, ce qui fait pas mal de monde. Que de rires et de pleurs nous avons partagés ensemble. Mes parents allaient à l’église, ma soeur aînée et moi allions au catéchisme et mes petites soeurs à l’éveil à la foi. Mais pour tout vous dire, j’étais une rebelle. Tout ce que le pasteur voulait nous apprendre ne m’intéressait pas du tout ! Je mettais les pieds au mur. Dieu et moi, n’étions pas faits pour nous entendre. Arrivée à la confirmation, sans aucune conviction, j’ai participé à la cérémonie uniquement pour les cadeaux et il n’y avait pas de place pour Dieu. Une rencontre sans lendemain Cela aurait dû être une histoire comme j’en avais rêvé, enfin, c’est ce que je croyais. A 16 ans, j’ai rencontré un jeune homme qui aurait dû être mon prince charmant. Mais voilà, rien de ce que mon esprit d’ado avait rêvé ne s’est réalisé !!! Dur, dur, car je lui avais offert mon intimité, en pensant que ce serait pour la vie (il m’a quitté quelque temps après). Dans la société d’hier et d’aujourd’hui on trouve cela normal, mais ça ne l’était pas pour moi. J’étais détruite à l’intérieur. Je me suis sentie trahie, humiliée, mais, en même temps, je ne pouvais m’en prendre qu’à moi-même, car on m’avait mise en garde : « ne précipite pas les choses, attends avant de t’engager » dixit le pasteur. Après cet évènement vécu comme un hold-up, ma vie a basculé pendant environ neuf ans. Je passais d’un homme à un autre, sans aucun état d’âme. Je vivais cela comme une vengeance personnelle. Je pensais d’ailleurs les blesser, les faire souffrir mais, en réalité, c’est moi qui en souffrais le plus. Je ne ressentais plus rien, j’éprouvais un état de vide intérieur. En considérant ce que j’étais devenue j’avais envie de vomir, je n’étais pas fière de moi et il fallait que je sorte de ce cercle vicieux. Ma restauration, une renaissance A l’aube de mes 26 ans, alors que j’étais désespérée, je me suis souvenue d’une parole de l’évangile, exprimée par Jésus, et rappelée par mon pasteur : < Demandez et l’on vous donnera, cherchez et vous trouverez, frappez et l’on vous ouvrira.>(Matt.7:7). Alors, je n’ai pas frappé, mais j’ai crié de toutes mes forces : « Dieu, si ces paroles sont vraies, je veux que cela s’arrête ». Et bien quelque temps plus tard, alors que je n’avais pas frappé et pas non plus cherché, une porte s’est ouverte, une chose merveilleuse :<> Comment ? IL a mis sur mon chemin celui qui allait faire partie de ma vie pour bâtir la famille tant désirée. Il m’a donné sa paix, mieux Il m’a restaurée, Il a pensé toutes mes blessures, WOUAH !! Et dans le secret de mon coeur j’ai accepté de faire une place à Jésus. <L’Eternel est mon berger, je ne manquerai de rien.> (Psaumes.23.1) Je sais qu’aujourd’hui si j’ai senti renaître en moi le sentiment d’être aimée et d’aimer les autres, c’est à mon Sauveur que je le dois. Il m’a encouragée à vivre un chemin de pardon, que j’ai vécu à Saint- Loup (un lieu de retraite). C’était juste incroyable, j’y ai vécu une rencontre avec mon Sauveur. Il m’a pardonnée, et j’ai pu aussi demander pardon aux hommes. A ce moment-là, un grand poids est tombé de mes épaules, de mon âme, de mon coeur, de mes pensées. Il m’a libérée. Je suis aussi très reconnaissante, car Il m’a fait rencontrer des personnes qui par leur foi et leur amitié m’ont permis de découvrir un Dieu merveilleux et plein d’amour, car il m’a retirée des grandes eaux, dans lesquelles je m’étais enfoncée. Notes d’encouragement Malgré les circonstances de notre vie, Dieu a un plan préparé d’avance pour chacun de nous. Et c’est au travers de ce témoignage que j’aimerai vous dire que Dieu ne juge pas, Il n’accuse pas . Il nous offre la liberté, car Il s’est chargé de nos échecs, de nos souffrances en mourant sur la croix, et ce qu’Il désire, c’est nous donner un cœur nouveau. Pour le mot de la fin, c’est ma meilleure amie qui me l’a écrit :<< La vie avec Dieu vaut vraiment la peine d’être vécue.>> LORSQUE J’ACCEPTE DE RENCONTRER JESUS-CHRIST, IL CHANGE LA VIE ET LA RESTAURE. <La foi est une ferme assurance des choses qu’on espère, Une démonstration de celles qu’on ne voit pas.>( Hébreux 11.1)  Christine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *