Dans mon jardin

Comme un arbre

Me voilà de retour dans mon petit coin d’été.
Ici le temps semble s’éterniser. Tout est calme, reposant, même le mot « stress » semble disparaître un peu plus tous les jours de mon vocabulaire. 
Dans le jardin, les pins ont la place belle. Forcément, c’est une pinède et c’est leur territoire.  On apprécie leur forme élancée, leur odeur et l’ombre qu’ils nous offrent lors des chaudes journées d’été.
Mais ils ont aussi quelques inconvénients : leurs racines ont tendance à tout coloniser et à appauvrir le sol. Un peu tout de ce que nous avons voulu planter, à la longue, met beaucoup de temps à pousser, voire meurt. Leurs aiguilles tombent en quantité innombrable sur la terrasse lors des journées de grand vent, les pives géantes s’écrasent avec fracas sur le toit et les gouttes de sève pleuvent grassement sur la table de jardin. Rien que ça !
Ah j’oubliais… les dallages se fendent sous la poussée de croissance de notre arbre favori !
Ah lui… c’est un peu parce que je suis tombée sous son charme que nous avons choisi ce lieu. Il avait une taille raisonnable, nous faisait de l’ombre au bon moment et au bon endroit et il donnait du cachet au lieu… et il était beau ! Mais sous le climat serein de la région, et au bout de 13 ans que nous le côtoyons, eh bien … il a bien pris de l’importance.
Il a finalement fallu se décider à l’abattre parce qu’il prenait vraiment trop de place. Il était même un danger en cas d’incendie de forêt.
Chose faite, on s’attendait à trouver la place toute nue, vide, désertique. On pensait qu’il nous manquerait.
Mais… oh surprise … Il ne manque pas du tout à la beauté du décor !!! Au contraire, tout est soudain plus clair, dégagé, aéré, comme libéré d’une certaine lourdeur ! Tout semble plus vert, plus joyeux… et ça nous laisse de la place pour de nouveaux projets. Et on aime ça chez nous, les projets !
Un peu comme tous ces arbres dans nos vies qui nous semblaient beaux et utiles un certain temps mais qui, à la longue, deviennent encombrants, voire envahissants.
Combien d’arbres dans nos vies a-t-on de la peine à abattre ?
Combien de petites choses qui nous semblent insignifiantes, voire utiles et qui grandissent sans qu’on s’en rende compte faisant, à la longue, de l’ombre dans nos cœurs ?
Combien de douleurs, de blessures, d’offenses installées dans nos décors et qui nous empêchent de voir plus loin, plus haut ?
Combien de routines, de « il faut que … » « je dois… » font grandir l’arbre de l’impossible ?
Combien de fois t’es-tu dit « C’est comme ça, on ne peut rien changer. » ?
As-tu oublié que Dieu est le Dieu de l’impossible ?
As-tu oublié que ce qui est impossible aux hommes, à toi, à moi, est possible pour Dieu ?
As-tu oublié que son Esprit a besoin d’espace et de liberté pour souffler dans ta vie ?
Ne voudrais-tu pas abattre certains arbres dans ton cœur, certaines habitudes, certaines certitudes ?
Tu sais, de temps en temps, il est bon de nettoyer la place pour laisser Dieu y déposer de nouveaux projets, de nouvelles visions, du renouveau.
C’est le temps. Ton temps.
 
Alors, si tu prenais un moment pour aller dans ton lieu secret, là où tu as rendez-vous avec ton Père qui est aux cieux, là où Il t’attend pour avoir un tête à tête avec toi, dans ton cœur.
Et là, si tu lui demandais quels sont les arbres que tu dois abattre et ceux que tu peux garder ?
Ton Père qui est là, dans ton lieu secret, t’attend.

« Jésus leur répondit : « Ce que les hommes jugent impossible, Dieu peut l’accomplir. » Luc 18.27

Print Friendly, PDF & Email

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Partages
Partagez
Partagez