conte

Le blues du Père Noël

La tournée est terminée. Encore une fois, tout a été livré à temps. Il a chargé, déchargé sa hotte, donné tout ce qu’il avait, tout ce qu’on lui avait demandé. Les petits lutins sont déjà partis. Le traîneau a été nettoyé, remisé jusqu’à l’année prochaine et les rennes ont repris leur liberté dans la forêt enchantée. Quant à lui, il a rangé au fond d’une malle son manteau rouge et ses bottes de 7 lieues.

Cette nuit il a été la star, celui qu’on adule, qu’on a attendu avec impatience. Il a été une source de bonheur pour les enfants petits et grands. Mais il ne se fait pas d’illusions, il a été une source de bonheur éphémère, il le sait bien. Demain, après-demain, ils vont tous se réveiller en prenant conscience que les cadeaux n’ont pas changé leur quotidien.

On l’a aimé pour ce qu’il a donné, mais finalement personne ne sait qui il est vraiment. Sa tâche accomplie, il ne fait plus partie de la fête. Alors, il rentre chez lui, seul, vide, fatigué, inutile sans cargaison à livrer. . .

Au revoir Père Noël!

 

Perdu dans son blues, il n’aurait pas remarqué la cahute délabrée si la musique ne l’avait sorti de ses pensées. Il ne saurait dire d’où elle vient : de partout et de nulle part. Et puis, musique ça n’est pas vraiment le mot : c’est plutôt un mélange harmonieux de tous les instruments et de tous les sons connus. Comme si la nature tout entière s’était mise à chanter. Plus il tend l’oreille, plus ça devient distinct et plus l’espace s’en remplit.

Il s’approche de la maisonnette abandonnée. Il ne l’avait jamais remarquée et, sûr, il n’a jamais rien livré ici !!! Un filet de lumière s’échappe par-dessous la porte. Il hésite. Serait-ce possible qu’il ait oublié quelqu’un ?!? Sa hotte est vide… il n’a plus rien à offrir…

Timidement il pousse la porte, mais d’un seul coup, elle s’ouvre comme pour l’inviter à entrer ! La lumière est aveuglante et remplit tout l’espace. Elle l’enveloppe et semble pénétrer jusqu’au plus profond de son cœur.  Une chaleur heureuse lui traverse le corps. La joie et une paix qu’il n’a jamais connues viennent le remplir. Ici, tout est harmonie.

Ses yeux peu à peu s’habituent à l’éclat de la lumière et il commence à distinguer ce qui l’entoure. Il en aperçoit la source qui est, non pas un phare comme il le pensait, mais… un nouveau-né !!!  Un nouveau-né couché dans une mangeoire sur de la paille… dans une maisonnette branlante et perdue il ne sait trop où !?! Est-ce qu’il doit trouver cela plus bizarre que ses rennes qui volent le soir de Noël ?!?

Il n’a pas le temps d’y réfléchir parce que la musique en s’amplifiant est devenue un chant. Un chant si mélodieux qu’il va droit au cœur du vieil homme et répond à ses questions avant même qu’il ne se les pose :

« Un enfant est né pour nous, un fils nous est donné.
Il a reçu l’autorité d’un roi. On lui donne pour nom : Conseiller merveilleux, Dieu fort, Père pour toujours, Prince de la paix,
Son nom est Emmanuel, ce qui signifie Dieu avec nous… »

Un nouveau-né comme un roi ! Un roi à qui il n’a rien à offrir.

Au moment même où lui vient cette pensée, c’est comme si quelqu’un parlait à son cœur et il comprend.  Il comprend que cet enfant-là, ce roi-là, n’est pas venu pour recevoir… mais pour donner. Pour donner ce que lui-même, malgré toute sa bonne volonté, n’a jamais pu livrer : la joie durable, la paix, l’amour, la sagesse et toutes ces choses encore que lui-même recherche depuis si longtemps.

Alors, le Père Noël s’approche de l’enfant et pose un genou à terre. Lui qui a été la source d’un bonheur éphémère cette nuit, il reconnaît qu’il est devant La Source du vrai bonheur. Il plie le genou devant l’enfant et lui offre ce qui lui reste et ce qu’il a de plus précieux… son cœur !

Désormais, il le sait, le Père Noël ne se sentira plus seul à la fin de sa tournée parce qu’avant de rentrer chez lui, il n’oubliera pas de passer par la cabane abandonnée.

Ce soir, c’est lui qui a reçu le plus beau des cadeaux de Noël.

Print Friendly, PDF & Email

One Comment

  • Jacky ROSSEL

    Ehhh, mais ça touche exactement au bon endroit !
    Une interpellation divine pour les « papa-cadeaux-c’est-Noël-je-suis-ton-fils-ou-ta-fille » !
    Quelle cohérence suis-je appelé à vivre comme père ? …et comme fils adopté ?

    Une fois de plus, mon coeur est touché pour vivre et ….offrir reconnaissance/louange/obéissance …à mon Père, …amour à mon prochain !

    Merci de tout coeur…

    Blessings

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

15 Partages
Partagez
Tweetez