• Pincée de sel - interview

    Une pincée de sel : Séverine Lacorre

    Enfin mon petit rendez-vous de fin de semaine a repris. The Voice a recommencé !

    Il faut dire que j’aime le chant… peut-être un peu comme ces choses qui sont hors de portée. Parce que si j’ai reçu plusieurs dons, celui-là, je ne l’ai pas! Je chante oui… mais en général, ce n’est pas ce qu’on me demande de faire. Ça veut tout dire ! LOL

    Pourtant, petite, je voulais être chanteuse. Ma maman s’était prise au jeu mais elle a vite abandonné. Et puis, il y a eu la phrase mortelle, à l’adolescence : «  C’est pas possible d’avoir l’oreille si peu musicale ! »… par mon prof de sport. Rien à voir tu me diras. Sauf que c’était le début des cours de gym en musique et moi, j’avais bien autre chose à faire que d’écouter la musique de fond. Mais ça marque. Du coup, j’ai fermé ma bouche… et me suis contentée d’apprécier la voix des autres.

    Un jour, j’ai lu qu’au Ciel je louerai Dieu pour l’éternité. Du coup, je me suis dit qu’il fallait absolument que je prenne des cours de chant avant que j’y sois !

    Ouf ! J’ai depuis compris qu’il y a bien des façons de louer Dieu, ne serait-ce qu’avec les dons qu’Il a mis en moi et que de les utiliser pour l’honorer, c’est plus que raisonnable. J’ai compris que c’est de tout mon être, corps, âme et esprit que je suis appelée à louer Dieu. Ma vie entière peut être une louange … si je la lui confie.

    Et c’est ce que fait Séverine Lacorre. Elle chante avec sa voix, merveilleusement bien, mais c’est toute sa vie en fait qui est tournée vers Dieu. Le chant, c’est sa façon à elle de l’exprimer, de l’honorer, de le louer, mais elle s’y implique tout entière. Elle est « vraie » parce qu’elle sait très bien qui est son Dieu. C’est ce que ses réponses nous laissent découvrir.

    Elle animera la louange  dans la deuxième partie de la rencontre Entr’elles et je me réjouis de recevoir ce qu’elle aura à nous donner. Mais en attendant,  je te propose de venir la rencontrer avec moi du côté de Limoges.

    • Séverine Lacorre, qui êtes-vous ? Qui est Séverine, la femme ?

    Une Belle et Merveilleuse Créature de Dieu !!! Je suis tellement fière de pouvoir le dire avec assurance sans remettre en question cette vérité. Il m’a fallu du temps et un réel processus pour en arriver à cette affirmation de moi-même. Je suis donc ce que le Seigneur a voulu que je sois : une femme devenue dépendante de son Sauveur. Néanmoins, je suis aussi une femme qui lutte avec ses axes de progrès. Le Saint-Esprit qui vit en moi se charge de l’accomplir dans ma vie ! Je suis également une fille, une femme, une épouse devenue maman de 4 enfants. Quelle sacrée responsabilité! J’exerce un beau métier, un rêve que le Seigneur m’a permis d’accomplir : professeure des écoles. De plus, je suis cheftaine scoute et tellement heureuse de partager cette activité avec mes enfants.   

    • Et alors, qui est Séverine, la chanteuse ?

    La même personne. Je suis et veux rester la même ! Je ne cloisonne pas ma vie. L’authenticité marque ma vie depuis toujours. Ce doit être pour cela que je n’ai pas trop de second degré !!! (rires). Je chante depuis très jeune. J’ai toujours eu ce besoin d’exprimer mes émotions et mon amour pour le Seigneur au travers de cet outil. Dans ma vie au quotidien, avec une autre casquette, je suis passionnée par ce que je fais. Le chant, c’est la manière que Dieu a choisi pour m’utiliser. Quand j’ai compris cela, j’ai travaillé mon instrument pour être en adéquation avec ce service. Ce qui me plaît dans le chant n’est pas le fait même de chanter mais, plus que tout, de pouvoir transmettre une intention et un message. C’est donner du sens au texte. C’est certainement ma recherche d’authenticité qui me conduit inlassablement à cette juste intention vocale. J’enseigne souvent ceci : « quand on est vrai avec Dieu, on est vrai non seulement avec soi mais aussi avec les autres ». Le chant et la voix ne mentent pas. Si tu vis cette vérité, tu transparais inévitablement quelque chose qui vient d’en haut.  

    • Qu’est-ce qui dans la vie vous inspire, vous motive, vous fait vibrer ?

    La vie m’inspire le SOUFFLE. Je crois que le rythme effréné que nous impose la vie nécessite de savoir respirer, c’est à dire se poser, s’arrêter, prendre le temps. Le souffle aussi parce que sans son Esprit, le souffle de Dieu, on ne peut rien faire ! Ce qu’elle m’inspire encore ? La profondeur. J’ai envie de vivre pleinement chaque instant, dans la liberté et la vérité que notre Dieu nous offre. La vie me motive car elle m’a été offerte. Et je suis consciente que la vie nouvelle dans laquelle je suis n’est qu’au commencement et durera pour l’éternité. Je suis consciente de sa fragilité. J’ai eu un cancer du sein. Croiser d’aussi près la mort vous fait apprécier la vie à sa juste valeur ! Elle me fait vibrer car elle est pleine d’intensité et d’imprévus ! J’apprécie particulièrement de me faire surprendre car cela m’emmène plus loin. Durant une période de ma vie, cela m’aurait déstabilisée et très certainement mise à terre, mais j’ai compris que tout ce que Dieu permet est pour mon bien et pour me faire grandir ! Je reste donc en éveil et prête à vivre pleinement.  

    • Comment êtes-vous arrivée à la louange ? Comment la vivez-vous ?

    Je crois que l’on n’arrive pas à la louange, on a été créé pour louer et devons vivre avec cette aspiration profonde. On ne sait pas tout de suite quelle est faite pour nous et qu’elle est nécessaire pour plaire à Dieu. La louange n’est pas uniquement dans la musique et le chant, c’est l’essence d’une vie ancrée et cachée en Christ. Pour ma part, la louange est arrivée car le chant venait chercher ce qui était au plus profond de moi. J’aime parler à Jésus et lui dire combien je l’aime. Plus jeune, je dansais même pour lui ! Lorsque nous louons, nous vivons la liberté que Dieu nous offre ! Je veux donc vivre la louange avec vérité et profondeur.  

    • Qu’est-ce qui vous a incitée à mettre votre don au service de la journée Entr’elles 2021 ?

    Lorsque Raymonde m’a proposé d’interpréter le titre « ta main me tient », j’étais remplie de joie de pouvoir partager ce que le Seigneur avait déposé en moi. Chaque composition vient d’un vécu, de ce que j’ai traversé et réalisé. Je me dois de le partager. Je sais que j’obéis à mon Seigneur avant tout en faisant cela. Ce que j’ai reçu, je le donne !   

           6. Quel message aimeriez-vous nous transmettre ?

    Nous traversons toutes des situations difficiles. Je me rends compte que de parler et de regarder ensemble dans la même direction est d’une valeur inestimable. Souvent dans ces moments, on se sent seule et incomprise. Pourtant, il est impératif de s’encourager ! Arrêtons les faux semblants ! Nous traversons toutes ces vallées… Par sa grâce, nous en sommes sorties. Partager avec vérité notre parcours nous fait grandir. D’autre part, cela nous permet d’avoir un regard plus clair sur ce moment de notre vie. La présence de Dieu est constante. Levons les yeux !  

    • Une question pour moi : s’il y avait un seul chant à chanter pour l’éternité, lequel choisiriez-vous ?

    A Dieu soit la Gloire !

    • Question « bonus », j’ai beaucoup de sortes de sel chez moi, du rose de l’Himalaya, du noir d’Hawaï, du safrané, parfumé aux herbes de Provence, du gros sel, du sel fin, du sel des Alpes…. Quel sorte de sel seriez-vous ?

    Je crois que ce serait tous ces sels ! et bien d’autres … De la même manière que nous accommodons nos plats avec le sel qu’il convient pour donner la juste saveur, je m’adapterai à l’environnement pour y apporter le sel adapté au bon moment. Comme nous le savons, pas trop, cependant, juste la bonne mesure pour que ce soit savoureux, consommable et bénéfique à notre santé…et à la santé de notre âme.

    Merci beaucoup Séverine pour ces réponses remplies de sincérité et de vie, Sa Vie ! Merci d’avoir partagé un moment d’intimité avec nous et Merci à notre Seigneur d’avoir fait de vous une créature si merveilleuse … qui sait si bien l’exprimer.

    J’espère pour ma part vous rencontrer bientôt pour un moment d’amitié partagée.

    Milvia

    Un sel des Alpes aux herbes de Provence

    PS La prochaine fois, est-ce qu’on pourra se tutoyer ?

    « Quand on est vrai avec Dieu, on est vrai non seulement avec soi mais aussi avec les autres. »

    Séverine Lacorre

  • Pincée de sel - interview

    Une pincée de sel

    Hello !

    La date de la rencontre féminine Entr’elles 2021 s’approche à grands pas et le comité d’organisation m’a proposé de faire un article sous forme d’interview. C’est une première pour moi, mais… j’aime les défis. Ça me permet d’avancer et de… vieillir moins vite. Alors, c’est sûr que j’ai eu au moins une bonne raison pour ne pas hésiter longtemps. LOL

    Tout d’abord, je me suis demandé comment j’allais parler de quelqu’un que je n’ai jamais rencontré ?!?

    Je suis plus habituée à parler des choses de Dieu, plus habituée à parler femmes, aux femmes, de trucs de filles, de femmes de cœur, celles de la Bible parfois (c’est mon truc en ce moment)… Mais là, en l’occurrence, il s’agit d’un homme… que je ne connais pas ?!?

    Bon, ça n’est pas Lionel Messi, ni M’bappé, ni notre Roger Federer préféré ou quelque homme en vue que ce soit. Non. Mais… c’est bien mieux que ça !

    C’est un de ces hommes sans qui la conférence nationale Entr’elles 2021 n’aurait pu avoir lieu sous la forme qu’elle a prise.

    C’est un de ces hommes que Dieu a levé pour nous venir en aide dans ce grand bateau.

    C’est un de ces hommes qui sait écouter Dieu… et relever le défi de travailler pour et avec des femmes. LOL

    Je lui ai lancé mes questions et je m’attendais à des réponses masculines : brèves, carrées, concises.

    Surprise ! J’ai eu des mots du cœur, des réponses sincères et profondes qui m’ont émue. Et c’est un cadeau parce que j’aime tellement quand je peux découvrir le cœur de quelqu’un.

    Je m’attendais à ce que ce soit compliqué… mais ça a été simple. Parce que c’est simple quand Dieu y met son grain de sel.

    Bon, je pense que tu veux savoir de qui je parle, non ?!?

    Lui, c’est David Alonso, alias David du SEL* (c’est comme ça que je le connaissais !) et je suis heureuse de te partager ses réponses.

    Bonjour, David Alonso, on ne se connaît pas. Alors, qui êtes-vous ?

    Question pas facile … Je me demande ce que répondrait ma femme ? Marié depuis 32 ans à une ravissante Sylvie que j’ai rencontrée au lycée, nous sommes les heureux parents de 3 grands enfants (17, 24 et 26 ans). Après une jeunesse passée en Normandie et des études à Rennes, nous avons rejoint la région parisienne pour y travailler. De formation communication et art, j’ai toujours travaillé pour des associations. C’est ainsi que je suis devenu directeur de la communication du SEL il y a 6 ans.

    Qu’est-ce qui vous anime, vous fait vibrer, vous motive ?

    J’ai un naturel passionné, donc beaucoup de choses me motivent mais la première, c’est aimer. Aimer ceux qui m’entourent, aimer ma famille, aimer les personnes que je croise dans le cadre de mes projets professionnels comme bénévole. Aimer, ça veut dire écouter, aider, donner, partager, encourager, supporter. C’est pas facile tous les jours (me supporter tous les jours, c’est pas facile non plus 😊) mais c’est ce qui me motive le plus : aimer comme j’ai été aimé par Jésus. 

    Vous êtes directeur de la communication du SEL. Quelle est la vision et la mission du SEL ?

    Le SEL a été créé pour aider les chrétiens à agir et faire reculer la pauvreté, ici comme là-bas dans les pays en développement. Le SEL renforce les capacités de partenaires chrétiens locaux en leur donnant les moyens d’aider concrètement leur prochain, les membres de leurs communautés, de leurs villages. Voilà pourquoi les centres de parrainage d’enfants sont portés uniquement par des chrétiens locaux.

    Vous avez souhaité être partenaire d’Entr’elles 2021, qui est quand même une organisation féminine… qu’est-ce qui vous a incité à leur venir en aide ?

    Cela fait plusieurs années que nous nous retrouvons lors des évènements organisés par Raymonde et son équipe pour présenter des enfants en attente de parrainage. Quand Raymonde m’a parlé du défi que représentait pour elle et l’équipe Entr’elles 2021, j’ai vu comment nous pourrions être une aide car nous venions de vivre plusieurs défis similaires depuis mars 2020.

    Comment vous êtes-vous senti concerné ?

    Évènementiel porte un message d’espoir et d’encouragement, riche des promesses que Dieu fait à son peuple et capable d’atteindre le cœur de femmes en attente de temps rafraîchissants. Ce n’est pas si courant en Francophonie. En cela, ça rejoint l’attitude du SEL où, à la réelle détresse de la pauvreté réponds l’espérance en Dieu et l’amour concret des chrétiens. Nous nous retrouvons dans cette façon d’aimer et d’espérer. 

    Et comment soutenez-vous Entr’elles

    On apporte nos pains et nos poissons : notre expérience en communication évènementielle, en innovation digitale … et Dieu fait fructifier tout ça à travers une équipe de femmes extraordinaires ! Je suis bluffé par la qualité et quantité de travail fourni par ces bénévoles qui travaillent toutes à distance. Ça fait plaisir à voir 😊

    Comment pouvons-nous soutenir un enfant ?

    En le parrainant tout simplement. Parrainer, c’est prier pour votre filleul, lui écrire pour l’encourager et lui montrer qu’il est aimé, donner 30 € par mois pour permettre au centre d’accueil de lui apporter les renforts dont il a besoin pour sortir de la pauvreté.

    Et pour finir : j’ai beaucoup de sortes de sel chez moi : du rose de l’Himalaya, du noir d’Hawai, de Camargue, parfumé aux herbes de Provence, au safran…. Quel genre de sel seriez-vous ?

    Un sel commun, issu de salin breton (je ne renie pas mes origines paternelles). Un sel qu’on oublie quand il remplit bien sa mission : donner le bon goût de la vie à celles et ceux que la pauvreté a atteint.

    Voilà. J’espère que tu as eu autant de plaisir que j’en ai eu à le découvrir.

    J’espère que ton cœur aussi a été touché par sa sincérité.

    Et enfin, j’espère que tu t’es déjà inscrite à notre rencontre Entr’elles 2021 qui, de nationale devient internationale, grâce, entre autres à des David que Dieu lève.

    Et à toi, David du SEL*, un grand MERCI. Et j’espère… à bientôt, un jour, pour un café partagé cette fois ?!?

    Par Milvia

    Un sel des Alpes aux herbes de Provence

    *SEL = Compassion en Suisse


    Si tu n’es pas encore inscrite à la Conférence Entr’elles 2021,

    tu peux le faire en cliquant sur l’image ci-dessous