• Avec lui

    Un temps pour…

    Voilà le temps du printemps. Le temps des fleurs, le temps du renouveau, le temps de l’éclosion. Un temps joyeux … mon préféré peut-être.

    Et pourtant, dans ce temps, comme dans chaque temps, il y a des parenthèses qui nous font penser qu’on revient en arrière. La neige a refait son apparition et pas qu’en montagne. Elle s’était invitée dans mon jardin hier matin.

    Parenthèse refermée, le soleil est de retour et les tulipes me font coucou. Le temps du printemps reprend son cours. Parce que c’est écrit.

    S’ensuivra le temps de l’été, puis l’automne, l’hiver … et tout recommencera tant que Dieu l’aura décidé. Un temps pour tout.

    Il y a un temps pour naître et un temps pour mourir et entre deux… un temps pour vivre. Le temps que Dieu aura décidé.

    Un temps pour vivre sa vie avec ce qu’elle comporte de hauts et de bas, de maladies et de guérisons, de pandémies, de guerres et de restaurations. Un temps de vie pour être triste puis joyeux, calme et parfois anxieux, confiné, déconfiné… un temps avec des parenthèses, fait de parenthèses…  parce que la vie n’est pas un long fleuve tranquille.

    Il y a un temps … un temps pour tout.

    Mais dans ce temps de vie, il y a un temps suspendu, un temps qui nous amène hors du temps, un temps de tout temps… celui de rencontrer Dieu.

    Il y a un temps qui ne se mesure pas, hors-parenthèses parce qu’immuable. Un temps qui a toujours été, qui est et qui sera toujours. Un temps qui ne passera pas, un temps qui est promesse d’éternité… Un temps comme un ordre, un ordre divin … un temps sans temps… celui d’aimer Dieu.

    Ne passe pas ta vie en oubliant ce temps ! Chaque jour, souviens-t’en!

     

    « Moïse dit : Aimez le SEIGNEUR votre Dieu, obéissez chaque jour à ce qu’il vous dit, à ses lois, à ses règles et à ses commandements. » Deutéronome 11.1

     

    « Maître, dans la loi, quel est le commandement le plus important ? » Jésus lui répond : «  “Tu dois aimer le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de tout ton être et de toute ton intelligence.” C’est le plus important et le premier des commandements. » Matthieu 22.36.38

     

     

  • Quand j'ai le blues

    Je l’ai appelé “Papa”

    Tu t’en souviens, toi, la dernière fois que tu as dit « Papa » avec un cœur d’enfant ?

    Moi ça fait longtemps, tellement longtemps que je ne m’en souviens plus. Je me demande même si je l’ai dit une fois ce « Papa ».

    Mais là, au détour d’un coup de blues, là, au fond de mon cœur j’ai eu besoin de Lui.

    Alors, je l’ai appelé « Papa ». Pas « Père » avec ce respect qui implique une distance. Non. Juste « Papa », façon petite fille. Papa, intimement. Mon papa à moi.

    A peine l’avais-je prononcé ce simple mot « Papa » qu’Il était là, près de moi.

    En une fraction de seconde, comme par magie (je sais bien que c’est pas de la magie… que c’est Dieu !) je me suis retrouvée assise à ses pieds, tout près de Lui.

    Je me suis retrouvée petite fille, calme, apaisée, rassurée. Fini les « je dois », « il faut ». Fini les projections, les plans sur la lune, le sac à dos bien chargé, les soucis pour les uns pour les autres.

    Fini, rien à réfléchir. Papa, mon Papa à moi s’occupe de tout.  Mon Papa à moi m’écoute et me console. Mon Papa à moi a la solution à tout parce que mon Papa à moi c’est le Père éternel, le Père qui est au cieux, le seul vrai super-héros.

    Mais qu’est-ce que ça fait du bien !!! Drôlement du bien de se retrouver enfant après tant de temps !

    C’est quand, toi, la dernière fois que tu as dit « papa »… avec un cœur d’enfant ? Ca change tout le cœur d’enfant, en fait.

    Et si tu essayais toi aussi de l’appeler « Papa » … et voir ce qui se passe ?

     

    “Oui, vous êtes vraiment ses enfants. La preuve, c’est que Dieu a envoyé dans nos cœurs l’Esprit de son Fils, l’Esprit qui nous fait dire : « Abba ! Père ! »” Galates 4.6

     

    “En effet, tous ceux que l’Esprit de Dieu conduit sont enfants de Dieu.
    Et l’Esprit que vous avez reçu ne fait pas de vous des esclaves qui ont encore peur, mais il fait de vous des enfants de Dieu. Et par cet Esprit, nous crions vers Dieu en lui disant : « Abba ! Père ! »” Romains 8.14-15